A la rencontre du GAEC LAPIN LE SENONAIS !

Le lapin, finalement, Philippe a toujours connu ça ! D’ailleurs, il se souvient : « J’ai commencé par un stage en BTS. Je connaissais quelqu’un qui faisait du lapin et j’y suis allé juste histoire de passer ma semaine, car le lapin, ça ne m’intéressait pas plus que ça. Finalement, au bout de la semaine, je voulais devenir éleveur de lapins. »

Batiment Le Senonais-Les Fermiers du coin

C’est en 1992, que Philippe s’installe avec sa femme Anne-Marie. Il nous raconte : « Au départ, nous étions formatés pour faire du volume, alors on est passé de 180 à 1100 femelles. Mais l’épidémie de VHD (hémorragie du lapin) nous a forcés à réfléchir notre élevage autrement. » La ferme s’est alors limitée à moins de 200 mères lapines. Philippe nous avoue « Même si à cette époque c’était dur, aujourd’hui, c’est sans regret que nous avons réduit l’élevage qui nous a permis aussi de passer à 100% en vente directe. On y a gagné en qualité de vie et avec la même rentabilité pour la ferme. ». Ça, c’est pas nous qui diront le contraire !

Dans la ferme, il y a plein de choses à faire et les rôles sont bien distribués. Sur la partie élevage, Philippe et Anne-Marie travaillent ensemble. Après, chacun a sa spécialité. Anne-Marie s’occupe de la transformation pendant que lui, c’est l’abattage et la commercialisation.

Philippe nous entraîne dans la plus grande maternité du coin : 180 mères lapines toutes blanches qui auront une douzaine de portées chacune. Pour elles, tout commence par une  insémination réalisée sur la ferme et 31 jours plus tard, ce sont les premières naissances. Un travail à temps plein !

Lapinoux-Grignolap_Les Fermiers du coin

Pendant toute la durée de notre visite, nous comprenons que pour Philippe et Anne-Marie, ce qui prime, c’est la qualité de leur élevage. Tout commence par des mères lapines bien installées. Philippe nous explique : « Le lapin préfère être sur un sol grillagé plutôt que sur une paille souillée et qui pique les pattes.» Ils sont un peu douillets ces petits lapins !

Nos deux éleveurs mettent aussi l’accent sur la durée d’élevage, de 84 à 110 jours quand d’autres éleveurs s’arrêtent à 70 jours. « La durée d’élevage joue sur la qualité de la viande, qui se tient beaucoup mieux à la cuisson, et ça c’est nos clients qui nous le disent, » nous dit fièrement Philippe. Pourtant, ici, les lapins ne sont pas plus gras car ils sont rationnés à 120g maxi par jour pour qu’ils ne grossissent pas trop vite. C’est le régime lapin ! Pour compléter le bien être de son élevage, Philippe a choisit d’utiliser un mélange d’huile végétale et d’huiles essentielles (pin sylvestre / eucalyptus / ravintsara) à la place d’antibiotiques. Chez les lapins aussi « les antibiotiques, c’est pas automatique ! ».

Philippe Raison-Lapin le Senonais_Les Fermiers du coin

A la fin de notre visite, c’est Philippe qui conclut simplement : « Notre ferme reste d’une taille très modeste, et ça nous suffit de toute façon. »

C’est peut être ça le bonheur !